J’ai trouvé ceci sur Pinterest !

Qu’en penses-tu ? https://pin.it/j2gxm6dkzyndhf

Publicités

TOI…ET MAINTENANT

e7045e39bfa6684499d8844f53fe60c4

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle vie, une vie à deux, loin de d’ici.

Pourquoi, vouloir partir et recommencer ailleurs…

Parce qu’ici, il y a trop de choses qui me font mal.

Cela fait des mois que je souffre lorsque nous sommes à Lille, à imaginer les endroits ou tu l’as retrouvée, et donc à éviter avec moi.

Ces parcs et restos ou bars ou vous vous retrouviez…

Ces temps partagés ou tu pouvais discuter avec elle, car avec moi soit disant cela n’était pas possible.

As tu imaginé un seul instant, que toi tu n’étais pas disponible non plus.

Tu n’as jamais cherché à savoir comment moi j’allais, comment je vivais mon boulot au quotidien.

Tu n’as pas été là, quand je subissais les pressions, quand on me refusait un autre périmètre, ce soir là quand je te l’ai dit tu n’as même pas relevé, aucun commentaire aucun soutien.

J’ai compris un mois après, en lisant ce fameux sms.

J’ai tout fait à partir de ce jour là, pour te prouver, la place que tu avais dans ma vie, et dans mon coeur, pour te prouver que rien ne pouvait détruire l’amour que j’ai pour toi.

Je me suis mise à nue pour t’aimer le plus sincèrement et le plus tendrement.

Je te l’ai juré et promis jusqu’à mon dernier souffle.

Etre à tes cotés, t’aimer, te chérir

Tu es et tu resteras la plus belle chose qui me soit jamais arrivée.
Je vais me répétée… mais une fois de plus je n’ai pas les mots pour te prouver
mon amour.

Jamais aucun mot, aucun geste, aucune tendresse ne sera à la
hauteur de ce que j’éprouve pour toi.

J’aimerais tellement que tu te rendes compte à quel point tu m’es indispensable, à quelpoint, je tiens à toi, et à quel point je t’aime.

Ma vie, aujourd’hui, se résume à toi, et à ce que nous voulons construire.

Oublier ce qui m’a détruit, ce que j’ai vu, ce que j’ai entendu, ce que j’ai lu.

Me reconstruire avec toi à mes cotés, et vivre notre Amour au quotidien, en bâtissant une nouvelle vie ou rien ne viendra nous détruire.

Je souhaite redevenir la femme forte que tu as épousée, celle qui a tes yeux comptait plus que tout.

Celle pour qui tu te serait battue.

Je souhaite que tu retrouves auprès de moi, l’amour et la tendresse, l’envie et le désir.

Je serais à la hauteur de ton amour.

TOI…

eea2983a85407f1c3d9b72a27101ec6b

Je n’aurai jamais de réponse à mes questions, car tu n’en as pas l’envie et la volonté.

Pour toi, c’est le passé comme tu le dis si bien.

Pour moi, c’est toujours présent.

Tant de mensonges tant de trahison tant d’envie d’ailleurs…

Pourtant, j’ai tellement de questions qui restent en suspens

J’ai organisé (encore une fois…moi) un week end à deux, deux semaines après avoir appris que tu me trompais. J’y avais mis tout mon coeur car je pensais que tu me reviendrais.

Nous sommes partis à deux loin de tout.

Et durant ce week end tu as quand même continuer à échanger avec elle, bien que je sois à tes cotés…qu’il a du être dur de vivre ces trois jours seul avec moi, alors que tu ne pensais être qu’avec elle.

Lui as tu raconté à notre retour, le week end que nous avions passé.

Un week end tendre et très sensuel…Un week end à faire l’amour….

Je ne pense pas au vu de tes commentaires sur notre week end « sympa mais compliqué »

As tu raconté nos folles nuits ce week end là?

Par contre lui dire que j’étais en mode hyper love, elle a pas compris ce que cela voulait dire?

Tu as encore joué un double jeu ce week end là, tu m’as encore menti…

Je me souviens de chacun des instants, et j’ai du mal à comprendre comment tu as pu joué comme cela avec moi.

J’aurais du comprendre durant la route ton silence, tes mains rivées sur le volant, pour ne surtout pas me toucher.

Tu devais attendre ses messages et photos d’elle nue avec tant d’impatience….

Il fallait refuser ce week end, et ne pas me espérer que tout était du passé avec elle.

Mais non, tu as joué encore et toujours avec moi, pour le bien de ta maitresse.

Je ne sais pas si tu doutes un seul instant de ce que je vis depuis.

Tu as tellement sali ma vie, et surtout mon amour pour toi.

Je ne redeviendrais jamais la femme forte que j’étais avant tout cela.

Tu as cassé en moi quelque chose, que je n’arrive pas à reconstruire.

J’ai mal tous les jours toutes les nuits, j’ai mal de savoir que chaque jour tu l’as croises à ton travail.

J’ai mal de ne pas entendre un « je t’aime » spontané.

Je ne souhaite pas ces sentiments, sauf à cette femme.

Je lui souhaite également de souffrir autant que moi je souffre.

Je n’oublierais pas les insultes, les menaces, et je lui souhaite d’en connaitre autant.

Toi…et ces deux années passées

8c36beaad052dfe7971fd538d55c4acd

Il y a aujourd’hui , deux ans que tu as décidé de donner un nouveau sens à ta vie.

Un nouveau sens ou je n’ai plus eu ma place.

Tu as préféré te jeter dans les bras d’une femme.

Une autre qui a détruit et pris tout ce que j’avais de plus cher au monde…TOI.

Tu as fait de ta vie un mensonge, tu as vécu comme le plus abjecte des hommes, en trompant celle que tu avais épousé,

Quelle femme aurait supporté ce que j’ai supporté pendant des mois?

Aucune

J’ai tellement découvert de choses à votre sujet, qu’aujourd’hui je ne sais pas comment me reconstruire. Tellement découvert de mensonges.

Tes mensonges, tes lettres, tes messages, tes photos d’elle nue dans ton téléphone, tes envies de vie avec elle.

Tu as mené une double vie, double vie qui aujourd’hui continue de me détruire.

Je me souviens de chaque mot de chaque geste que tu as eu envers moi, alors que tu étais en train de vivre ta soit disant belle histoire d’amour avec elle.

Cela martèle mon esprit au quotidien.

Comment as tu pu partager des musiques qui nous appartenaient, celles qui avaient flotté lors de notre mariage. Vos partage de musique, vos playlist avec certaines de nos musiques…

Des groupes découverts à deux, genre à Gant ou nous chasamons, le lendemain elles étaient dans ses playlist.

Toutes ces recherches faites sur google, pour animer tes messages de bonne nuit, de bonne journée, jusqu’à chercher de nouvelles positions, ces recherches de musique à partager…

Tu n’as jamais fait le centième pour moi.

Je t’ai vu pleuré pour elle, quand elle a soit disant mis un terme à votre relation.

Quel courage elle a eu ce jour là, tout cela parce que son mari venait d’être mis au courant de votre relation…elle s’est bien battue pour toi…

Et moi, j’ai continué à me battre pour nous, à essayer de reconstruire, et surtout à me détruire un peu plus chaque jour.

Sais tu que je n’ai aucune confiance en toi, sais tu que je pense à chaque instant à ce que tu m’as fait enduré, sais tu que je ne comprends toujours pas pourquoi tu as fait cela.

Sais tu que chaque jour, je pense à vos rapports intimes, le plaisir qu’elle a pu te donner et celui que tu lui as donné…Sais tu que lors de ces pensées j’ai envie de vomir.

Tes mots décrivant vos ébats, vos gémissements, ces tommettes qui n’entendront plus votre plaisir partagé….

Elle aussi te séduisait elle par des dessous?

Elle aussi cherchait elle à te plaire?

Savoir que tu as aimé une autre femme que moi, que tu as désiré son corps….m’a détruit, et au vu des mots que tu employais dans tes lettres, tes lettres enflammées pour elle, elle a du te combler. je ne sais pas si tu imagines comment je peux me sens avec tout cela.

Sais tu que j’ai du mal à trouver la confiance en moi, que je me sens toujours rabaissée humiliée, même quand nous faisons l’amour.

J’en ai passé des nuits blanches à t’écrire, des lettres entières ou je couchais sur le papier tout mon désespoir et ma souffrance.

Les mots brulaient d’amour pour toi, et tout cela te laissait complètement indifférent, jamais tu n’a daigné me répondre ou même faire ne serait ce qu’un petit commentaires.

Elles sont restées sans réponse….

Je déteste ces pensées qui me minent, et qui bouleversent mon envie d’avancer.

Ces photos d’elle nue, qu’elle t’envoyait par toutes les messageries que vous aviez créés alors que j’étais dans la même pièce que toi, et imaginer le plaisir que tu as eu en les regardant.

Sais tu que je me demande si elle te comblait de plaisir, si ses caresses t’ont comblées comme les miennes.

Je t’imagine faisant l’amour avec elle, à l hôtel, et comme tu me l’as avoué dans la voiture, la sienne, et sûrement la notre.

Je n’y arrive pas…à oublier, et à vivre avec.

Ma vie ne ressemble à rien depuis que j’ai tout découvert, je ne sais plus à quoi me raccrocher. Et j’en ai tellement découvert sur elle, sur vous, j’en ai tellement vu des choses, en allant te voir au boulot à l’improviste.

Te téléphoner au boulot et savoir par tes collégues que tu es parti déjeuner, prendre ma voiture, aller au hasard de vos lieux de rencontres et te voir en sa compagnie….tu imagines dans quel état j’ai pu être, repartir au boulot, rentrer le soir, te demander si tu l’as vu, t’entendre me répondre non, alors que quelques heures auparavant je t’ai vu avec elle.

Toujours les mensonges.

Je passe les insultes, les menaces qu’elle a pu me faire, les conseils à rester loin d’elle…sinon.

Tes soirées Decath, pots de départs, tes fuites pour la retrouver.

Les 40 ans de Decath, ou elle ne devait pas être là, d’après tes dires, et à peine arriver tu l’appelais, car tu savais qu’elle serait là, encore un mensonge, rentrer à 5 heures du mat et me dire que oui elle était là, me prendre dans tes bras alors que quelques heures avant c’était elle que tu tenais dans tes bras.

Tes collègues, qui soit disant n’étaient pas au courant, sache que Célia est au courant….

Tu imagines quelle honte, je peux avoir en allant à Decath, et rencontrer des gens qui savaient….

Tu te souviens d’un soir, ou nous faisions l’amour, malheureusement pour toi tu n’avais pas mis ton téléphone en silencieux, et tu as reçu un sms, ou elle te disait que tu lui manquais, tu lui as dis le lendemain ce que nous étions en train de faire….

Il y a des jours ou je supporte ces pensées,  ces souvenirs, et il y a des jours ou cela m’est insupportable, ou j’ai des envies de destruction.

J’ai du mal à supporter que tu puisses la croiser au boulot, et au vue des tes mensonges, j’ai du mal à te croire, quand tu me dis que tu ne la vois pas…

Je t’ai exprimé mon amour, je te l’ai prouvé, j’ai été là pour toi, et je le suis encore au quotidien.

J’ai mis tout ce qu’il me restait de forces pour te prouver que je t’aimais, pour te plaire, pour te chérir…j’espère juste que je ne suis pas un second choix par dépit.

J’aimerais tellement en parler à quelqu’un, une personne qui sache écouter.

Car toi tu n’es pas prêt à entendre tous mes démons.

Alors, j’écris… si un jour tu pouvais lire tous ces articles peut être que tu comprendrais et que tu me parlerais de nous…

TOI….et ce qu’il reste

bdfd6c977ac992910f26cfc1562aa2bb

Que reste t il de nos envies et de nos espoirs?

Quel reste t il de notre futur à construire?

Pour toi, une brèche dans notre amour,

Pour moi un cyclone dans ma vie

Des questions sans réponses, des soupçons à chaque instant, des mensonges que j’imagine encore.

Imaginer les mots gestes promesses faits, ces rendez vous secrets que tu as créé en me mentant.

Je suis hantée à chaque instant depuis deux ans.

Je n’ai toujours pas compris le pourquoi et le comment

Le pourquoi, car tu n’as jamais su dire comment tu te sentais et les manques que tu rencontrais, tu as fuis les problèmes, tu as oublié l homme intègre que tu étais.

Le comment, ce que tu lui as promis, ce que tu lui as offert, ce que tu lui as écrit.

Comment as tu pu organiser tant de rendez vous cachés avec elle, faire autant de recherches pour lui trouver les plus beaux lieux, alors que tu n’as jamais pu organiser le moindre évènement pour moi, que ce soit les vacances, les restaurants, les ballades, c’est toujours moi qui prenait l’initiative.

Comment as tu pu créer un logos de vos initiales, vouloir partager le même tatouage, partager autant de musique, lui écrire autant de lettres enflammées, lui envoyer autant de messages.

Ces « bonne nuit » par téléphone chaque soir alors que je dormais à tes cotés, ces « bonjour » chaque matin, après que je sois partie travailler.

Ces mots accompagnés d’ images que tu mettais tant d’ardeur â trouver…

Des mensonges, et encore des mensonges.

Ces insultes, qu’elle m’a dites et que tu as laisser dire.

Tu as laissé ta femme se faire insulter des pires insultes, et tu n’as rien dit.

Ces termes échangés à mon sujet par messagerie, je suis pathétique dit elle, je suis folle dit elle, tout cela tu as laissé faire, laissé dire et écrire, tu as participé avec elle à salir ma personnalité, celle qui jadis t avait tant plu.

Des commentaires sur mes publications à ton sujet sur mon Facebook, mes messages pour ton anniversaire commentés de stupide parce que fait exprés pour la faire enrager.

Tu n’as jamais mis les hauts la pour stopper ses commentaires.

Comment as tu pu me rabaisser ainsi, toi qui soit disant m’aimer.

Tu as ruiné mes espérances…mes envies de me battre…mes rêves les plus fous.

Toi…et mes démons

33ae782f06c591b894df0f673766eaff

Emma et le secrets des oyats.

Je regardais l’horizon, quelques blancheurs commençaient á se mêler à l’écume de la mer. Le soleil déclinant doucement semblait plonger dans un ultime voyage au plus profond du bleu de l’océan.
Rien ne pouvait empêcher cette merveilleuse union celle du jour déclinant á celle de la nuit naissante
Le vent donnait une dernière danse, embrassant avec passion les genêts, caressant avec volupté les rochers. Il semblait soulever de toute sa tendresse le sable blanc pour l’ emmener dans une ronde sensuelle .
J’embrassais ce merveilleux tableau, j’ étais la spectatrice d’une fin de journée et la naissance d’ une nuit avec toutes les promesses qu’elle pouvait faire naître.
Une à une les étoiles prenaient vie dans le folklore céleste comme des diamants brillants de milles feux.
Je n’avais aucune envie de quitter des yeux la beauté que me renvoyait l’océan, et pourtant je devais tout quitter pour me retrouver, pour me reconstruire.
Mon corps et mon âme semblaient être séparés, après tant de mois de souffrance j’avais besoin de liberté, je voulais respirer.
Jamais mon corps n’avait été aussi meurtri, meurtri d’une passion dévorante, jamais mon esprit n’avait été aussi détruit par des sentiments faux.
La nuit, ne m’apaisait pas au début, elle laissait toujours place à des fantômes, à des questions sans réponses, à un sentiment d’abandon.
Mais ce soir la nuit noire m’enveloppait de sa douceur.
Le froid et le vent, je n’en avais aucune sensation. Mes cheveux virevoltaient autour de mon visage comme essayant de balayer toute la douleur que je ressentais.
Assise sur ce rocher, je ressentais au plus profond de moi le vide, le manque, l’absence.
Il est des sentiments des gestes qu’on ne remplace pas. Il est des mots que l’ on n oublie pas des phrases qui vous martèle le cerveau à chaque instant.
Comment ai je pu en arriver la, quel était ce mal qui me rongeait.
Les larmes avaient remplacé mon sourire, mes yeux avaient perdu de leur éclats, ma force avait volé en éclat.
Loin sur l’océan, quelques lueurs dansaient au rythme des vagues, dans les abîmes de la nuit le phare émergeant des rochers gardait un œil protecteur sur les plaisanciers et autres marins.
Au loin, chantait au rythme du vent la cloche de la chapelle du village.
C était l’approche d’une nuit calme comme on les aime au pays, une nuit claire et froide, bercée par le roulis des vagues sur la plage avec pour fond de mélodie la ballade du vent.
Rien ne pouvait pourtant réchauffer mon cœur, ma vie, mon destin avait pris un chemin que je n’aurai imaginé, même dans mes plus noires pensées.
Désormais , il me fallait me battre, il me fallait reconstruire, sauver ce qui pouvait encore l’être….
Pourtant, rien ne laissait présager une vie si douloureuse.
La vie me promettait, pourtant passion, joie, amour, découvertes, et tant d’autres choses, qui nous font avancer, qui font que nous grandissons, que nous nous battons chaque jour pour nous réjouir de ce que la vie nous offre.
Ces petits rien qui nous font sourire, qui nous font oublier les moments difficiles.
Le bonheur est un long chemin fragile à parcourir, qu’il faut sans cesse alimenter, nourrir de nos envies et besoins.
Il est présent en chacun de nous, mais certains personnes ont plus de facilité à le laisser s’exprimer.
D’autres se contentent de petits bonheurs, de petites attentions, de petits mots à la place de grandes phrases, de petits riens sincères à la place de grands présents faux, de fleurs des champs à la place de bouquets impersonnels.
Je suis de ces personnes là, j’ aime les choses simples claires vraies.
J’aime accorder du temps pour l’autre, j’aime écouter.
Ma confiance se gagne grâce à la sincérité des mots. J’aime les personnes battantes, qui suivent ce que leur instinct leur insuffle,
en chaque difficulté, deviennent plus fortes en ne gardant que le positif, oubliant les déceptions les colères les rancoeurs.
Même si parfois je me sentais fatiguée de montrer que je pouvais tout porter sur mes épaules, que j’étais invincible, j’avais parfois l’impression qu’on me jugeait comme un être insensible, que rien ne touche alors qu’au contraire ma sensibilité me transpirait la peau.
Mais cette image que je renvoyais aux autres, ne m’incarnait pas totalement, cela n’était ni plus ni moins qu’une carapace, une protection que j’avais érigée autour de moi.
Depuis ma plus tendre enfance, on m’a appris à ne pas évoquer ses sentiments, peu de temps aux ressentis, aux chagrins, aux émotions, à la tristesse, aux injustices , aux peines, aux plaisirs.
Une famille présente mais peu ou pas communicante, une génération qui n’a pas pris l’habitude de se confier à l’autre, donc rien d’anormal à reproduire cela…
Faire preuve de courage et de forces, se montrer toujours heureux et satisfait, se contenter du peu et ne pas exprimer ses envies ou désirs, être tolérante et juste sans se poser de questions, écouter les conseils des autres et les appliquer.
Je sais qu’en chaque être, existe un passé rempli de bonnes mais aussi de mauvaises choses qui parfois on ne sait pourquoi remontent à la surface, se mêlant ainsi à nos douleurs et questionnement d’adulte.
Voila on y était à ce moment où les souffrances de l’enfance de l’adolescence viennent inonder et se mêler à celles de notre vie d’adulte.
Déstabilisant, éprouvant, chamboulant toutes les perceptions lucides.
Je ne ressentais aucune colère, seulement un profond sentiment de trahison.
Ce soir là, assise sur les rochers, les questions du pourquoi mais aussi du comment restées sans réponse se bousculaient dans mon esprit.